février 11, 2016

Leila Ourezik - L'art comme antidote contre les idées rétrogrades




A l'occasion de la Fête du vernissage qui se déroule à Paris du 06 au 12 février, la Kabylie aura sa part avec la participation de l'artiste peintre Leila Ourezik. Nous avons l'honneur de réaliser cette interview avec cette talentueuse artiste qui nous a parlé de ses œuvres, de son engagement et de ses projets.
Kabyle.com: bonjour Leila peut-on savoir, c'est qui Leila Ourezik?

L.O: Bonjour, je m'appelle Leila Ourzik en véritable prénom c'est Lila mais mon prénom à été changé à ma naissance par une infirmière à la clinique de Tizi Ouzou, j'expliquerai cela dans la biographie de ma mère qui n'est pas encore achevée. je suis née à la clinique de Tizi Ouzou le 18 mars 1978, mon village fait parti de la commune de Ouaguenoune, un village qui revendique haut et fort sa kabylité. Je suis une artiste autodidacte et j'ai participé à la création de l'association "lei art sun street" le15 mars 2015. A travers cette association je mène mon combat au quotidien contre l'obscurantisme.

Leïla OUREZIK

Ce 12 février vous aurez l'honneur d'exposer vos tableaux de peinture à Paris à l’occasion de la fête de vernissage, un mot sur cette rencontre et cette participation?

L'exposition commence le 6 février le jour du vernissage et c'est le 12 février que je serais présente. Le 12 février je vais vous accueillir les bras ouvert comme notre signe amazigh. Pour cette occasion, j'ai choisi un café parisien suite aux évènements tragiques qu'a vécu Paris dans le but de montrer notre résistance et notre devoir de combattre l'obscurantisme la où nous sommes.Je conçois l'art comme antidote contre les idées rétrogrades, c'est un long combat et c'est un long chemin mais il ne faut plus résigner.

Quels sont les thèmes qui vous préoccupent dans vos créations artistiques?

Parmi les thèmes qui me préoccupe je peux vous citer la question de la femme et la question de l'identité berbère. Il est important que les femmes comprennent qu'elles sont des êtres humains et qu'elles ne doivent pas accepter toutes les formes de soumission qu'on leur inflige, il ne faut pas oublier que avant l'obscurantisme les femmes amazighs ont gouverné et dirigé leur peuple. Pour cela, il faut s'identifier à nos reines Diyha, Tinhinan la reine des hommes bleu et d' autres femmes téméraires. Mes toiles sont très colorées parce qu'elles représentaient les couleurs de la Kabylie. Je n'ai jamais oublié ma culture et c'est avec ma mère que j'ai commencée à peindre c'était mon véritable professeur! Notre culture a des valeurs humaines et universelle que ma mère me les a transmises. Ma maman Ferroudja était une femme kabyle courageuse et combattante! paix à son âme.

Vous présentez un exemple de cette femme kabyle ou berbère qui veut se libérer de toutes les contraintes sociales, culturelles et religieuses, vous le confirmer?

Oui je le confirme, je suis contre les contraintes religieuses et sociales et quel que soit notre origine nous devons faire tomber cela. Je m'inscris dans une démarche de progrès et pour cela je me bats quotidiennement contre le passéisme. D'ailleurs, j'ai choisis de peindre le phénix qui est un symbole que j identifie à l'amagzighité, c'est pour cela que le titre de l'affiche c'est le phénix qui déploie ses ailes contre l'obscurantisme.

Est-ce qu'il existe d'autres projets que Leila envisage de faire et quels sont aussi vos ambitions?

Oui j'ai beaucoup de projets, j'envisage de faire d'autres expositions en France, en Kabylie et à l'étranger; au Canada, aux USA en Angleterre et en Allemagne. Bientôt, je vais achever mon recueil de poésie après mon exposition à Paris. J' écris aussi depuis des années la biographie de ma mère que je n'ai pas encore fini car elle réveille des souvenirs douloureux et j’espère bien la finir d'ici la rentrée. Il serait temps que je cherche un éditeur, d'ailleurs dans mes prochaines expositions j'envisage de faire des projections sonores de mes poèmes.

Un dernier mot Leila...

Vous êtes les bienvenus à mon exposition et à toutes mes futurs expositions. Je vous accueillerai avec les bras ouverts et toujours avec le sourire. L'exposition a lieu à l'adresse suivante: 5 place de la sorbonne métros la Sorbonne, café les patios.

Aucun commentaire:

Sélection du message

Séminaire national sur le « TIFINAGH » à Marrakech

2017-2018 : AZLAG PLUS ©
conception : AYOUB BOUMLIK