juin 26, 2016

France : Mise au Point à Mme la Ministre française de l’éducation, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche


نتيجة بحث الصور عن نجاة بلقاسم

Auteur: Madjid Ait 
Dans un média, la ministre française, Najat Baloud Belkacem, de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche a, en plus d’être que l'arabe soit enseigné à l'école, rappelé que cette langue, qui d'après elle, est la langue commune de 26 pays de la planète (?). En outre dans son projet sur l'éducation nationale où figure le Turc, le croate, le serbe, etc. on relève une absence de taile qui passe pour être la 1ere langue étrangère (Tamazight) parlée en France de part sa représentativité citoyenne composée de 11 pays dont l’un est celui de ses parents « Rif – Maroc- » .
Que doit ont comprendre lorsqu'elle dit, à qui veut bien l'entendre, " Que les racines passent par la langue des parents". De quelles racines s’agit-il si ce n’est un lapsus?, un reniement de ses origines Rifaines au profit non pas du français, dont elle en est l'enfant de sol, ou de celles de ses parents ? Mais de l'arabe parlé par ses ancêtres Amazighs par le fait de l'histoire. A ce que je sache, Manuel Valse qui s’inscrit avec fierté dans sa nationalité et sa culture française n’a jamais cessé de les clamer et de les défendre bec et ongles, même s’il n’est pas Gaulois, sans pour cela renier ses racines Catalanes et sa langue maternelle « le Catalan » au profit de l’espagnole imposé par les pouvoirs publics à ses aïeuls.
Il est à se demander si le fait de donner la préférence à une langue véhiculée dans la région de ses parents «Le Rif » via la religion musulmane, internationalement cadenassée dans cette langue depuis son avènement sur terre, au détriment de celle qui est entrée dans l’histoire multimillénaire avec son s/ continent nord africain et qui de surcroit a rayonné et rayonne encore d’une certaine façon dans le bassin méditerranéen, ne cache pas un non dit et ne soit pas un alignement sur les positions des pouvoirs d’hier et d’aujourd’hui imprégnés du panarabisme tout en combattant l’enfant biologique de cette région nord africaine en particulier et de toute Tamazgha (la Berberie) -11 pays - dont les Iles Canaries, en général.

Madame la Ministre, sait elle, qu’il y a des non amazighs (Berbères) en Europe et ailleurs qui parlent Tamazight, à l’exemple d’une Finlandaise qui chante en Kabyle (dérivée de la langue amazigh) ? Sait-elle aussi que Tamazight figure parmi les 24 langues étrangères enseignées officiellement au Canada…………. ?

Je ne suis pas contre l’enseignement de la langue arabe, au contraire, cette dernière, qui a connu son apogée dans le temps, doit être enseignée car c’est un autre outil d’enrichissement, de développement et de communication à même de faciliter l’échange international surtout avec ses véritables détenteurs (Moyen Orient) et ceux qui s’en revendiquent pour des raisons idéologiques et politiques (à l’exemple de Thifrikes U Gafa - l’Afrique du nord - ); mais en faire de l’amalgame lorsqu’on parle de langues maternelles est non seulement inadmissible, c’est une atteinte, surtout à l’endroit d’une population beaucoup plus dense que plusieurs peuples, dont le Croate, le Serbe.., réunis. C’est aussi réductible et méconnaitre l’importance de sa communauté présente sur son sol français que n’importe quelle autre qui, en plus du français qu’elle maitrise, s’exprime majoritairement dans sa langue maternelle qui n’est certainement pas l’arabe.

Je dirai aussi, sauf erreur de ma part, que la ministre donne l’impression, à l’instar d’une certaine gauche, d’exhumer Napoléon III connu pour sa politique « arabe » sous l’influence d’Ismaël Urbain adepte d’un monde « arabe » composé de deux continents que rien n’unie, « Moyen Orient avec l’Afrique du Nord », comme le rapportent certains historiens et écrivains dont Charles Robert Agéron dans son document paru dans la revue historique du mois d’Avril 1960. Contrairement à la politique du « Royaume Arabe » et à l’installation d’une administration dénommée ‘’ Bureaux Arabes’’ Warnier, partisan de « la politique d’annexion qui fera de la colonie « Algérie» une France transméditerranéenne» allait démontrer qu’il s’agit d’un non sens dans un pays où le véritable indigène était l’Amazigh « le berbère ». Quant à Mme Pierre Cœur, (1890) elle pousse à l’absurde les griefs contre l’Administration et les pressions des forces françaises qui ont imposé aux amazifhs la langue arabe, une islamisation manipulée et à accepter de force le statut personnel musulmans.

Dans le doute, quant à la poursuite inavouée de la politique napoléonienne, je pense, Mme la Ministre, que tout mot à sa valeur, surtout en politique pour prévenir tout risque d’interprétation multiple. Quant au terme « langue maternelle » sa définition est incolore et inodore, elle ne peut signifier que le lait de la maman, c'est-à-dire le produit de la terre et non ce qui est décidé ou imposé d’une façon ou d’une autre, même si cette action n’est pas visible physiquement. Aussi, ne serait-il pas souhaitable d’utiliser les termes dans leurs vrais sens même en politique car à entendre ou à lire certains propos les amazighs Mokrane dit Saint Augustin, Apulée…., ont dû se retourner dans leurs tombes Mme Najete Baloud Belkacem

u (1) se lit ou en Tamazight   


Aucun commentaire:

Blog Archive

Photography

2017-2018 : AZLAG PLUS ©
conception : AYOUB BOUMLIK